Quand le robot gagne au jeu de go

Il s’agit d’une première mondiale. Un ordinateur a réussi à battre le champion européen de go, le Chinois Fan Hui, sur un score écrasant de cinq victoires à zéro. Votre agence de création de site web s’est intéressée à ce coup de maître.

En termes d’intelligence artificielle, cela marque une étape historique, car c’était le seul jeu de réflexion qu’un ordinateur n’était pas parvenu à déjouer. Les chercheurs de ce domaine ont eu beau plancher sur le sujet depuis plusieurs décennies, c’est Google qui a fait la différence.

Un plateau de jeu de go.


https://www.flickr.com/photos/zigazou76/

Son algorithme AlphaGo, pondu par la branche Google DeepMind, a su relever le défi. Réalisé en octobre à Londres et annoncé le 28 janvier, cet exploit débarque vingt ans après la défaite du champion du monde d’échecs Garry Kasparov face à Deep Blue, l’ordinateur d’IBM (1997). Concernant le jeu de go, l’équivalent de cette rencontre est prévu pour mars, à Séoul. Lee Sedol, meilleur joueur du monde et Sud-coréen, affrontera AlphaGo à son tour.

Point sur le jeu de go

Ce jeu stratégique a été inventé en Chine, il y a environ trois mille ans. Cela se joue à deux, sur un plateau quadrillé de 19 lignes par 19, appelé goban. On y place des pierres blanches et noires de manière à s’approprier un maximum de « territoires ». Les pions encerclés deviennent des « prisonniers » qu’il faut également accumuler.

Problématique

Le jeu de go est difficile à simuler tant il y a de combinaisons possibles. Bien plus que dans un jeu d’échecs. Google DeepMind s’est donc servi de plusieurs outils d’intelligence artificielle cumulés pour parvenir à un tel résultat, dont le deep learning, ou apprentissage profond en français.

Cet outil assez récent repose sur le modèle des réseaux de neurones du cerveau humain. Le programme devient capable d’apprendre seul, d’imiter son adversaire et de s’approprier ses techniques, d’interpréter des données visuelles et de raisonner de manière non linéaire. On imagine la pression qui pèse sur les épaules de Lee Sedol…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *