Quid du réseau social open source Mastondon ?

Chez RIA Création, on affectionne le web et on observe de près les évolutions de ses utilisations et de ses utilisateurs. Notre équipe de créateurs de sites internet autant que notre équipe dédiée aux stratégies de référencement et de rédaction fouinent et échangent sur ce (vaste) sujet. Et cela fait quelques temps que nous regardons grandir le bien nommé Mastodon (traduit par Mastodonte, en français), un réseau social open source, inspiré de Twitter, et qui a le vent en poupe. Zoom et explications.

Capture d'écran de la page d'accueil du réseau social Mastodon.social.

Capture d’écran de la page d’accueil du réseau social Mastodon.social.

La fédération Mastodon

Pour les puristes de la toile, Mastodon est un réseau social bourré de qualités. Il ne compte que 90 000 membres – pour l’heure – contre les 313 millions de Twitter, mais a pourtant vocation à le concurrencer. Il permet évidemment d’échanger, est open source, gratuit, sans publicité et décentralisé. Créé en octobre 2016 par un développeur allemand nommé Eugen Rochko, le réseau dont l’icône est un mammouth fonctionne comme une fédération.

C’est très bien expliqué par le créateur lui-même (en anglais). C’est-à-dire qu’il existe – actuellement – une cinquantaine d’entrées différentes sur la plateforme, qu’on appelle des « instances ». La principale est https://mastodon.social, mais il y en a plein d’autres, sur d’autres serveurs. On peut adhérer à l’ »instance » qui nous convient le mieux, de par son ton, ses codes, ses sujets de prédilection ; ou en créer une soi-même.

Notons que les différentes instances ne sont pas exclusives : depuis n’importe quel serveur du réseau Mastodon, on peut dialoguer avec des utilisateurs du monde entier. Chaque « groupe » fait partie de la même grande communauté, un peu à l’image des pays des États-Unis.

Par les utilisateurs, pour les utilisateurs

L’idée forte, c’est que c’est un réseau social inventé par un utilisateur pour les utilisateurs et géré par ces mêmes utilisateurs. Il n’appartient pas à une société privée.

Le code est accessible et améliorable à l’envi, si vous taquinez un peu l’informatique. Mastodon n’a visiblement pas été construit pour brasser de l’argent. Les données des internautes n’ont pas vocation à être vendues aux publicitaires – comme cela se fait sur Facebook, Instagram, Snapchat et Twitter – et sont disséminées parmi les différentes instances/serveurs (plus difficiles à tracer). Aussi, Mastodon est dépourvu d’algorithmes privilégiant certains comptes puissants (politiques, marques) et faisant « remonter » des posts particuliers.

Sur ce réseau, les « pouets » (ou toots en anglais) remplacent les tweets, et apparaissent par ordre chronologique. Aussi, ils peuvent faire jusqu’à 500 caractères, là où Twitter ne laisse la place qu’à 140 caractères. Mais il n’y a pas que cela. La modération semble absente et les comptes dits officiels ne sont pas vérifiés, ce qui donnent lieu à de drôles de débats. La liberté, on vous dit.

Les pouets ravissent les passionnés du web en intégrant des gif et plusieurs autres fonctionnalités qui font de ce réseau social un joyeux terrain de jeu, à explorer et construire. Bon nombre d’utilisateurs attendaient une alternative à Twitter, plus en phase avec l’esprit libre et simple d’échanges et de rencontres à volonté, propre à internet. Est-ce celle-ci ?

Un effet de mode ?

Le souci, c’est que la plateforme principale de Mastodon a été victime de son succès début avril. Pas plus tard qu’hier, elle s’est trouvée saturée. Plus de 40 000 utilisateurs étaient connectés sur .social, alors que seuls 1 000 avaient rejoint le second serveur le plus actif, .xyz. Il a fallu limiter les inscriptions. Après, Mastodon va-t-il séduire sur le long terme ? Ou n’est-il qu’un nouveau jouet ? C’est une affaire à suivre. Il ne serait pas le premier réseau social alternatif à finir sa course dans les oubliettes.

Vous n’êtes pas sûr d’avoir tout saisi ? Matez la vidéo qui suit et jetez un œil aux articles que nous avons sélectionnés pour vous ci-dessous.

Parmi les sources :

http://www.sudouest.fr/2017/04/06/mastodon-le-nouveau-reseau-social-qui-pourrait-faire-de-l-ombre-a-twitter-3339818-5166.php
http://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/mastodon-le-reseau-social-qui-veut-revenir-aux-origines-de-twitter_1896012.html
http://www.lemonde.fr/pixels/article/2017/04/04/le-reseau-social-mastodon-un-twitter-plus-proche-de-l-esprit-originel_5105900_4408996.html
http://www.numerama.com/tech/246684-debuter-sur-mastodon-9-questions-pour-tout-comprendre-au-reseau-social-decentralise.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *