L’univers WeChat, plus fort que les Gafa ? -1

En Occident, on a l’impression que – quel que soit le domaine -, la Chine rivalise à coups de copies approximatives. La Chine, ce grand État où les Gafa (Google, Amazon, Facebook et Apple) ne sont pas les bienvenus. Une censure qui a poussé la société Tencent à être créative. Le leader chinois des services internet est parvenu à réunir la majorité de nos applis préférées dans un écosystème digital nommé WeChat – Weixin, en Chine.

WeChat, plateforme sociale chinoise.

https://www.flickr.com/photos/albert_hsieh/

À l’agence de création de sites web RIA Création, on est un peu sous le charme du très pratique WeChat qui, soit dit en passant, donne de belles leçons aux chatbots de Facebook Messenger. D’ailleurs, on en avait déjà parlé ici.

Le monde du service facile

En somme, WeChat cumule Facebook, Google, Amazon, Tinder, Instagram, Snapchat et bien d’autres applis de notre quotidien. La super plateforme WeChat est un véritable univers digital d’où l’on peut ne jamais sortir. On y effectue ses tâches journalières, via son smartphone. Depuis sa première version en 2011, elle règne en maître absolu et possède plus de 850 millions d’adeptes, dont la moitié lui consacre au moins 90 minutes de navigation par jour.

La raison à cela est toute simple. Une fois ce monde pénétré, pourquoi en sortir ? On peut y papoter avec ses amis et suivre leur actu. On peut y régler ses factures, réserver un vol, acheter des places de ciné, commander un burger ou un taxi, shopper des fringues et se plaindre au SAV si ce n’est pas la bonne taille… On peut aussi se rendre au super marché et régler ses courses en présentant un QR code WeChat à la caissière… En fait, les services proposés sont quasiment sans fin.

Quel modèle économique ?

On imagine que Tencent est bien heureuse de faciliter la vie des Chinois. On imagine aussi que la firme n’est pas magnanime et que son but, c’est de se faire de la monnaie. Alors, sur WeChat, les entreprises ont droit de choisir entre un compte dit d’abonnement, si elles ne souhaitent que publier du contenu ; et un compte de services, si elles souhaitent interagir avec leurs consommateurs. Services payants !

Aux dernières nouvelles, en mai, Tencent se portait plutôt bien. Il revendiquait une hausse de 55 % de son chiffre d’affaires ainsi qu’un bond de 58 % de son bénéfice net au premier trimestre. Ça rapporte d’avoir le monopole. Toutefois, WeChat suscite des inquiétudes. En plus d’appliquer une censure assez brute (interdit d’inclure « indépendance Tibet » ou « révolte de Tiananmen » dans son discours, notamment, sous peine de voir son appli bloquée), le gouvernement ponctionne un max de données à la plateforme concernant les internautes.

Des exemple de chatbots populaires au prochain épisode ! En attendant, faites un tour sur la page Facebook de RIA Création…

Parmi les sources :
https://www.letemps.ch/economie/2017/02/16/wechat-lapplication-chinoise-faire
Focus – LE GÉANT CHINOIS WECHAT, PRÉCURSEUR EN MATIÈRE DE BOTS
http://www.leparisien.fr/high-tech/tencent-la-messagerie-wechat-dope-les-benefices-17-08-2016-6048183.php https://www.lesechos.fr/journal20170519/lec1_une/0212107398602-en-chine-alibaba-et-wechat-les-geants-du-digital-se-moquent-de-la-crise-2088109.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam